123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

samedi 12 novembre 2011

Hautes Chaumes (Vosges Granitiques)


     Présentes en plusieurs endroits, y compris sur les hauteurs de la Tourbière de la Maxe dans les Vosges Gréseuses, les Hautes Chaumes sont des milieux naturels dont l’existence semble remonter à l’Age de Bronze. Situées sur les sommets, elles sont caractérisées par des espaces pastoraux qui résultent de l’action de l’Homme, notamment du défrichement par le feu. Les conditions climatiques pluvieuses et venteuses qui y règnent sont rudes et il n’est dès lors pas surprenant d’y rencontrer une flore qui présente quelques caractéristiques communes avec les espèces que l’on rencontre dans les Alpes, comme l’Anémone pulsatille ou la Gentiane jaune.


Pin anémomorphosé au Gazon du Faîte

     L’une des plus remarquables se situe entre les Cols de la Schlucht et du Calvaire. Elle est accessible directement depuis le Dreieck sur la route reliant les 2 cols. Mais qui veut randonner peut aussi rejoindre la ligne des crêtes qui traverse la chaume par une très belle boucle permettant au passage de visiter 4 lacs situés en contrebas. Ainsi, l’itinéraire pourra idéalement débuter au Lac Noir, d’où on s’orientera vers Lac du Forlet (ou Lac des Truites), le plus élevé des lacs vosgiens qui culmine à 1065 m d’altitude. On gagne ensuite le Lac Vert d’où on remonte vers la crête. De là, on s’oriente vers le Nord pour gagner le Gazon de Faîte puis le Gazon du Faing. On emprunte ensuite vers la droite un sentier surplombant le Lac Blanc en direction de l’Observatoire Belmont et on entame alors la descente pour rejoindre le Lac Noir.

D'autres photos de cette randonnée sont proposées ici et un topo .

Novembre 2011


Hohneck et Sentier des Roches (Vosges Granitiques)


     Le Hohneck est le troisième sommet des Vosges, culminant à 1363 m d’altitude sur la ligne de crête qui sépare l’Alsace de la Lorraine et dominant la station de ski de la Bresse. Le Petit Hohneck (1 289 m) est un ballon voisin situé à plus d’un kilomètre à l’Est. Ils sont tous deux localisés dans la partie Sud du massif, granitique par opposition à la partie Nord gréseuse. A l’Ouest du massif, le versant lorrain présente une pente douce exposée aux précipitations océaniques. A l’inverse, le versant alsacien est très abrupt et correspond à la ligne d'effondrement du fossé rhénan survenu lors du soulèvement des Alpes. La période glaciaire de l'ère quaternaire y à donné naissance à de nombreux cirques, lacs et tourbières.

Grand et Petit Hohneck, depuis les hauteurs de Soultzeren

     Ces 2 sommets peuvent être rejoints en s’en approchant au plus près par la route des crêtes, mais il ne s’agit alors pas de randonnée. En revanche, ils constituent un très bel objectif à atteindre par une sortie en boucle depuis le Col de la Schlucht. L’itinéraire emprunte au départ le Sentier des Roches que l’on doit à Henri Strohmeyer et qui remonte au début du 20e siècle. Exposé par endroits, il est équipé de nombreuses marches et mains courantes, est déconseillé par temps de pluie et fermé durant l’hiver. A sa sortie, on prendra la direction du cirque de Frankenthal, directement ou en faisant au préalable un crochet par la cascade de Stolz Ablass. Ensuite, on remonte en direction de la Grotte Dagobert puis du Petit Hohneck. On longe alors le sommet du Hohneck pour rejoindre Col de Falimont, d’où on regagne vers le Nord le Col de la Schlucht.

D'autres photos de cette randonnée sont proposées ici.

Novembre 2011


samedi 29 octobre 2011

Aiguillette des Houches (Aiguilles Rouges)


     Culminant à 2285 m d’altitude, ce sommet est situé au Sud de la Réserve Naturelle du Carlaveyron et à l’extrémité du Massif des Aiguilles Rouges. Il peut être atteint sans difficulté au départ du Parc animalier de Merlet moyennant un dénivelé de 900 m environ. L’Aiguillette des Houches ne constitue habituellement pas un objectif prioritaire lorsque se décide à randonner dans le Massif du Mont-Blanc, tant les possibilités sont nombreuses, mais c’est probablement une erreur. En effet, faisant face à l‘Aiguille du Midi, elle constitue un belvédère de choix, en offrant une très belle vue sur le versant Ouest du Massif du Mont-Blanc, du Tacul aux Dômes de Miage.


Plateau de Carlaveyron, Chaîne des Fiz et Mont Buet

     Du parking, on emprunte le GR5 qui monte en forêt en longeant un moment le parc. On quitte ensuite cet itinéraire pour prendre à gauche en effectuant un large Z, dans un premier temps en direction des Chalets de Chailloux, avant de poursuivre la montée vers l’Aiguillette. De son sommet, on découvre également au Nord, par delà le plateau de Carlaveyron, la Chaîne des Fiz et le Mont Buet. Le retour peut se faire en empruntant le même itinéraire mais il est également possible, en poursuivant vers l’Est sur le plateau, d’effectuer une boucle en passant par le Refuge de Bel Lachat. On entame alors la descente, parfois soutenue, vers Merlet en empruntant le Tour du Mont-Blanc.

Août 2006

Mont Joly (Mont-Blanc)


     Sans vouloir pousser les similitudes au-delà du raisonnable, le village des Contamines-Montjoie dans le Massif du Mont-Blanc ressemble à de nombreux égards à Pralognan-la-Vanoise. Situés en fond de vallée à une altitude proche l’un de l’autre, on y accède par une route qui s’élève progressivement depuis les grands axes situés en contrebas. Les villages s’organisent autour d’une rue principale avec commerces et restaurants, place du marché, Office du Tourisme à gauche et église à droite. Vers le Sud, c’est un long GR qui permet de basculer dans la vallée voisine, par le Col du Bonhomme pour l’un, celui de Chavière pour l’autre. Enfin, tous deux bénéficient de la présence d’un joli belvédère offrant une vue étendue sur les sommets proches que l’on peut gravir au départ des refuges accessibles à pied : le Mont Joly d’un côté, le Petit Mont Blanc de l’autre.

Mont Joly, depuis les abords du Mont Truc

     Situé à l’Ouest des Contamines-Montjoie, le Mont Joly est un objectif de sortie qui ne présente pas de difficulté majeure, hormis peut-être le dénivelé qui frôle 1350 m. Il peut être gravi au départ du lieu-dit le Baptieu, d’où l'on monte vers le Sud-Ouest, par la piste ou en empruntant un sentier parallèle, en direction de Colombaz. On tourne alors une première fois à droite, puis une seconde pour remonter progressivement vers le Nord-Ouest en direction de la Tête de la Combaz (2445 m). On rejoint alors le chemin de crête que l’on remonte vers le Nord en direction du sommet, d’où on jouit d’une très belle vue sur l’Aiguille de la Bérangère et les Dômes de Miage, situés sur les hauteurs du versant Est du village, et au-delà sur l’Aiguille de Bionnassay et le Mont Blanc. Le retour se fait par le même itinéraire.

Septembre 2006

dimanche 25 septembre 2011

Lacs de Forclaz (Beaufortain)


   Située sur les hauteurs de Bourg-Saint-Maurice, cette incontournable sortie donne accès à 5 lacs étagés dans de vastes alpages et permet, si la chance vous sourit, d’observer des vautours fauves. Outre les sommets proches, la vue étendue permet entre autres d’apercevoir au loin la Grande Sassière et le Mont Pourri. La manière la plus courante de procéder est d’emprunter l’étroite route en direction du Cormet de Roselend et ensuite la piste tout aussi étroite menant au Fort de la Platte depuis les Echines dessus. Le denivelé de cette sortie sans difficulté est alors de 600 m environ. Néanmoins, pour peu que l’on apprécie la randonnée, il est préférable de débuter au parking situé en début de piste en réalisant ainsi une jolie boucle par le vallon du Charbonnet.


Face à la Pointe de la Terrasse

     On commence par remonter la piste de 6 km menant au Fort de la Platte. A plusieurs reprises, des sentiers fléchés permettent heureusement de couper les lacets. Du Fort, poursuivre vers le Nord-Est par un tracé globalement rectiligne qui conduit au Col de Forclaz. Le sentier vers l’Ouest nous amène alors à un premier groupe de 3 lacs, d’où on entame la montée vers le Lac Noir, le plus élevé (2532 m). Au retour, on s’oriente vers le Nord à hauteur du col pour rejoindre le 5e lac situé en contrebas que l’on traverse à hauteur du mur de retenue. On poursuit en s’aidant quelque peu des mains dans le premier passage, afin de rejoindre une piste qui descend Sud-Est vers les chalets de Planey. On emprunte alors à droite un sentier nous ramenant au parking.

Août 2011

vendredi 16 septembre 2011

Lacs Jovet (Mont-Blanc)


     Située en bonne part dans la réserve naturelle des Contamines-Montjoie créée dans le but de protéger le site des aménagements, cette randonnée a ordinairement comme point de départ Notre-Dame de la Gorge. Elle peut cependant être effectuée depuis le Cugnon situé à l’extrémité du village, offrant ainsi la possibilité de parcourir des paysages variés, depuis le sentier en sous-bois jusqu’au plateau largement ouvert sur la vallée. Le denivelé n’en est que peu affecté mais le parcours s’étend alors sur un peu plus de 20 km. Le tracé emprunté permet ainsi de limiter l’usage de la piste menant au Col de la Croix du Bonhomme, itinéraire du Tour du Mont-Blanc (TMB) très fréquenté en saison estivale. Parcouru voici plus de 10 ans, cet itinéraire incorpora cette année une petite variante hors sentier augmentant sensiblement le niveau de difficulté. Ou comment joindre l'utile à l'agréable ...


Lac Jovet supérieur sur fond de Col du Bonhomme

     Du Cugnon, prendre plein Sud en forêt en direction de la Combe Noire. Le sentier monte globalement en suivant les courbes de niveau, passe à côté de la cascade de la Combe Noire et rejoint ensuite la piste en aval du Chalet de Nant Borrant. Continuer alors plein Sud en suivant le TMB et, environ 1 km au-delà du Chalet de la Balme, prendre plein Est en direction des Lacs Jovet. Contourner alors le lac principal pour atteindre le lac supérieur, plus petit et plus sauvage. Au-delà de ces lacs d’origine glaciaire, on peut poursuivre par le Col d’Enclave en direction du refuge Robert Blanc, point de départ de l’ascension du Dôme des Glaciers. Le retour se fait par le même itinéraire jusqu’au Chalet de Nant Borrant d’où on poursuit jusqu’au Pont Romain de la Téna. On prend alors à droite pour emprunter un sentier globalement parallèle à celui emprunté à l’aller et qui nous ramène au Cugnon.

Quelques photos illustrant la sortie seront proposées ici et un itinéraire détaillé .

Juin 2006 & Août 2016

samedi 27 août 2011

Lac de la Plagne (Vanoise)


     Situé à l’Est du Sommet de Bellecôte, le Lac de la Plagne peut être atteint depuis Champagny en franchissant le Col du Plan Séry au départ du Laisonnay. La manière la plus habituelle de procéder est cependant de partir du refuge de Rosuel situé au fond du vallon de Peisey-Nancroix. La sortie est modeste (600 m de dénivelé et 4 h environ) et offre une belle vue sur les contreforts du Mont Pourri et ses cascades. L’endroit est donc fréquenté mais cette vallée encaissée du Ponturin ne manque pas de charme. Outre le lac bien connu des pêcheurs à la truite, l’itinéraire conduit également au refuge d’Entre le lac qui peut être rejoint en ayant recours à des ânes, pour le plus grand bonheur des plus jeunes.

 Lac de la Plagne et Rochers Rouges

     Du parking, remonter le sentier d’abord vers l’Est puis plein Sud après 1,5 km environ. Le tracé longe ensuite l’Aliet pour aboutir au Lac de la Plagne logé au pied du Mont Blanc de Peisey. Le retour se fera par le même itinéraire mais il est également possible d’effectuer une boucle en poursuivant au-delà du lac jusqu’au refuge d’Entre le lac. On s’oriente ensuite vers l’Est puis vers le Nord pour atteindre les Chalets de la Plagne. Après ceux-ci, soit on rejoint vers la gauche le sentier de montée, soit on bifurque vers la droite en direction du refuge du Mont Pourri. On quitte alors cet itinéraire après 1 km environ pour descendre à gauche le long du torrent et rejoindre en contrebas le Plan de l’Epinerie.

Août 2011


lundi 25 juillet 2011

Cascade du Nideck (Vosges Gréseuses)


     Une fois n’est pas coutume, c’est une promenade plutôt qu’une randonnée qui est ici relatée. En effet, avec un dénivelé de 150 m environ et un parcours facile et aménagé en de nombreux endroits, la sortie s’apparente plus à une balade familiale. Il n’en demeure pas moins que ce site empreint de légende vaut le détour par de nombreux aspects. Outre sa cascade de plus de 20 mètres, il abrite des zones humides à la flore abondante, des roches volcaniques et les ruines d'un château situé à plus de 500 m d'altitude et divisé en deux parties construites aux XIIIe et XIVe siècles. Il offre de plus une belle vue sur les sommets voisins dont le Rocher de Mutzig. Inutile de dire qu’il est préférable d’éviter les périodes d’affluence si l’on veut profiter pleinement de la quiétude des lieux.


Au pied de la cascade du Nideck

     L’itinéraire n’est pas des plus complexes et ne nécessite donc pas un long descriptif. Depuis Urmatt, remonter la route en direction du Col des Pandours jusqu’au parking du Nideck situé en bord de route. Ensuite, emprunter le sentier balisé d’un rectangle rouge qui mène tout droit à la cascade et ensuite aux ruines des deux châteaux par un ensemble d'escaliers métalliques. Au retour, il est possible de bifurquer à gauche en suivant un sentier balisé d’un triangle rouge qui conduit au Rocher du Hirschfels. Poursuivre par un tracé globalement parallèle à la montée qui redescend ensuite en zigzag. On rejoint alors une large piste qui permet de regagner le point de départ. Alternativement, il est possible de combiner le parcours aux Grand et Petit Ringelsberg en empruntant ainsi le "Circuit des Ruines".

Avril 2011

Quelques photos de la sortie sont proposées ici.



dimanche 17 juillet 2011

Tourbière de la Maxe (Vosges Gréseuses)



     Cette petite sortie dont le dénivelé est des plus modestes (300 m environ) se situe en contrebas d'un itinéraire plus long décrit précédemment et qui parcourait les hauteurs au départ des ruines du Château de Salm. L'objectif est cette fois bien différent puisque s'agit de découvrir les quelques pièces d'eau que l'on trouve non loin de la Tourbière de la Maxe. L'itinéraire se situe dans la zone de silence de Salm et permet de gagner successivement la Basse Madeleine, la tourbière elle-même, l'Etang des Framboises et celui du Coucou.


Droséra à feuilles rondes, Drosera rotundifolia

     La Tourbière de la Maxe s'est constituée dans un des divers cirques glaciaires que l'on rencontre au pied du Donon. Elle fut exploitée jadis pour sa tourbe et est actuellement pratiquement comblée à l'exception de quelques points d'eau. Ceinturée de résineux, elle est progressivement colonisée par les bouleaux. On y retrouve également en abondance, selon la saison, des linaigrettes invaginées et leur panache blanc. Enfin, en faisant preuve d'un peu d'attention, on peut y observer des plantes carnivores, les Droséra à feuilles rondes.

Juillet 2010


Têtes des Perches (Vosges Granitiques)


     Cette randonnée, comme quelques autres décrites précédemment, a pour cadre les hauteurs de la vallée de Masevaux. Ce sommet surplombe en effet le Lac des Perches et l'itinéraire côtoiera l'itinéraire menant au Rossberg. Le tracé varié qui s'étend sur plus de 20 km parcourt les paysages typiques des Hautes Vosges (prairies humides et forêts, lacs et ruisseaux, chaumes et rochers). Par une large boucle, il conduit à la Tête des Perches en montant vers la ferme-auberge du Gresson pour redescendre par celle de Belacker.


Populages couvrant les prairies du Gresson Bas

     L'itinéraire débute en forêt avant de s'ouvrir sur les prairies du Gresson. Au-delà de la ferme auberge, il permet d'atteindre le Col puis la Tête des Charbonniers. S'enchaînent alors en sens inverse la Tête puis le Col des Perches. Ensuite, un chemin de crête (ou à défaut le GR situé en contrebas) permet de rejoindre la ferme de Belacker, d'où on entame le trajet de retour en descendant en direction de Rimbach. En début de saison, les zones humides se couvrent de primevères et autres populages aux couleurs vives.


Avril 2008


vendredi 15 juillet 2011

Grande Aiguille Rousse (Alpes Grées)


     En plus d’une même localisation au coeur des Alpes Grées, ce sommet présente bien des similitudes avec la Tsanteleina gravie un an auparavant : on y accède par un tracé conduisant dans un joli fond de vallée, sa face Nord est loin d’être démesurée, un petit bout d’arête permet de basculer au retour sur un autre versant et leur niveau de difficulté estimé est identique. La course vaut donc le détour même si elle semble actuellement surtout prisée par les adeptes du ski de randonnée. Outre le très beau cirque situé au fond du Vallon du Prariond et qui en constitue le point de départ, elle offre aussi une superbe vue sur les sommets de Tarentaise et de Maurienne, mais aussi sur l’Italie et son Grand Paradis. Cette sortie fut réalisée au terme d'un bref séjour en Vanoise, après avoir gravi successivement l'Aiguille du même nom et le Mont Pelve au départ du refuge du Col de la Vanoise.

Grande Aiguille Rousse

     Du refuge, on emprunte le sentier qui s’oriente vers l’Est, en restant initialement rive droite du Ruisseau des Loses avant de le traverser au mieux en direction du Col de la Vache. On poursuit alors vers le Sud-Est en contournant la Tête du Bouc. On remonte ensuite la moraine pour prendre pied sur le Glacier des Sources de l’Isère jusqu’au pied de la Grande Aiguille Rousse. On en remonte la face Nord-Est rive gauche puis on bifurque vers l’Est pour suivre l’arête jusqu’au sommet. On rebrousse alors chemin pour entamer la descente par la Voie Normale. Comme l'ascension avait été conclue rapidement, nous en avons profité au col séparant les 2 aiguilles pour poursuivre en direction de la Petite Aiguille Rousse. De son sommet, nous avons continué un temps sur l’arête en direction de la Pointe du Gros Caval avant de descendre sur les raides pentes neigeuses et rejoindre  l’itinéraire classique. Malgré cela, arrivée au refuge un peu avant 10h, juste à temps pour un grand chocolat chaud …

D'autres photos de cette course sont proposées ici.

Juin 2011

jeudi 14 juillet 2011

Mont Pelve (Vanoise)


     Une jolie petite arête avec le glacier d’un côté, du gaz de l’autre, la Grande Casse en toile de fond et qui n’est pas sans rappeler l'arête du Valllonnet que l’on emprunte quand on souhaite en faire juste un peu plus que le Grand Bec par la voie normale. Sa traversée d’Ouest en Est permet d’atteindre le sommet du Mont Pelve, en empruntant initialement l’itinéraire d’accès à la Pointe du Dard qui traverse le Glacier de la Roche Ferran. Une pente de neige permet alors de prendre pied sur l’arête et sa traversée au-delà du sommet conduit à un relais, où l’on peut installer un rappel de 50 m et regagner le glacier. La présence récente d’un spit à mi-parcours réduit maintenant de moitié la longueur des cordes à transporter.


Mer de nuages sur le Glacier de la Roche Ferran

     Le temps était annoncé plus qu’incertain le jour prévu et nous avons donc avancé quelque peu l’heure du départ (3h) pour tenter de prendre de vitesse la dégradation. Montée à l’épaule de la Réchasse par l’itinéraire de droite, traversée du glacier en contournant l’importante dépression qui semble s’y creuser, progression sur l’arête jusqu’au sommet et pose du rappel en bout de parcours. Les nuages ont alors commencé à envahir le glacier à partir du Col du Dard, puis sur toute la largeur. La rimaye fut encore franchie sous le soleil qui se levait et, après avoir dévalé les raides pentes de neige, ce fut le brouillard complet. Retour à la boussole, comme ce fut déjà le cas voici 2 ans en montant à la Pointe du Dard. Cela deviendrait-il une habitude ?

D'autres photos de cette course sont proposées ici et un itinéraire détaillé .

Juin 2011



dimanche 10 juillet 2011

Dômes de Miage (Mont-Blanc)


     La traversée des Dômes de Miage représente un grand classique parmi les courses de neige et il en existe d’ailleurs de nombreuses variantes. Cette course peu difficile mais relativement longue revêt cependant un caractère mixte et sa difficulté s’accroît sensiblement si on ajoute 2 dômes supplémentaires, en prolongeant l’itinéraire jusqu’au refuge Durier. Idéalement, il y a lieu de débuter la course au refuge des Conscrits (2580 m) que l’on atteint en 4-5 h depuis le parking du Cugnon (1175 m). Pour ce faire, on emprunte le sentier qui mène au refuge de Tré-la-Tête (1970 m), d’où on s’oriente vers l’Est en direction du « Mauvais Pas ». Jusqu'il y a peu, on redescendait pour atteindre le Glacier de Tré-la-Tête jusqu’à rejoindre par des échelles le sentier conduisant au refuge des Conscrits. Depuis août 2012, cette voie d'accès devenue dangereuse a été modifiée et équipée d'une passerelle.

Aiguille de la Bérangère et Dômes de Miage, depuis le Dôme des Glaciers

     Du refuge où nous avons passé une soirée animée (voir "Des guides et des hommes"), on monte en direction de l’Aiguille de la Bérangère en empruntant des dalles puis des névés afin d’atteindre le Glacier de la Bérangère. On en remonte les pentes pour atteindre sans difficulté quelques rochers et enfin le sommet (3425 m). On redescend alors de l’Aiguille en direction du Col de la Bérangère (3348 m) et on suit l’arête d’Ouest en Est pour atteindre le sommet Ouest (3670 m) puis successivement les deux dômes culminant à 3666 et 3633 m. Une fois au Col des Dômes (3564 m), on redescend Sud-Est vers le plateau situé sous le Col Infranchissable, puis rive droite sur le Glacier de Tré-la-Tête pour rejoindre le refuge des Conscrits après 7h environ.

Juillet 2006

Tour du Mont Truc (Mont-Blanc)

    
     Cette balade en boucle, dont une bonne partie se situe en forêt, permet d’accéder aisément aux Chalets de Miage et aux Chalets du Truc. Le dénivelé avoisine en effet les 500 m, l’itinéraire ne présente aucune difficulté particulière et la durée n'est que de quelques heures tout au plus. Les 2 sites offrent une très belle vue sur les Dômes de Miage et l’Aiguille de Bionnassay qui paraissent tout proches. Au retour, il est également possible d’observer au loin la Chaîne des Aravis. Sur les hauteurs des Contamines-Montjoie, le parcours débute au parking de la Frasse par une rude côte que nous avons également emprunté en course à pied. Il convient alors de rester sur la piste principale pour éviter les rochers et racines en sous-bois.

Dômes de Miage, depuis les chalets éponymes


     On emprunte donc la piste qui monte en droite ligne dans les courbes de niveau en direction des Granges de la Frasse. Après 500 m environ, la pente s’adoucit significativement et à la bifurcation suivante, on prend à gauche en direction des Chalets de Miage. La piste contourne le Mont Truc à flanc de montagne par l’Ouest pour les rejoindre. Le site s’ouvre alors sur les Pâturages de Miage avec en toile de fond les Dômes du même nom. On prend alors à droite en direction des Chalets du Truc (1720 m) que l’on atteint par un sentier facile qui contourne le Mont Truc cette fois par le Sud. On poursuit jusqu’à un chemin sur la gauche qui serpente entre rochers et racines et rejoint la piste en contrebas, d’où on rejoint la Frasse.

Juillet 2007

samedi 18 juin 2011

Lacs des Chéserys (Aiguilles Rouges)


     Les abords de Chamonix permettent de réaliser de nombreuses randonnées, certaines intéressantes à de nombreux égards, en particulier par la vue qu’elles offrent. Le parcours menant aux Lacs des Chéserys dans le massif des Aiguilles Rouges fait incontestablement partie du lot par le splendide panorama dont on jouit sur toute la partie Est de la chaîne du Mont Blanc. L’itinéraire habituel démarre au chalet de la Flégère, qu’il est possible de rejoindre par le téléphérique du même nom, depuis Les Praz. Pour éviter l’inévitable affluence qui découle de la présence d’une telle infrastructure, l’idéal est cependant d’opter pour un tracé en boucle qui débute à proximité de Tré-le-Champ, sous le Col des Montets. Le dénivelé est inférieur à 1000 m pour une sortie qui n’excède pas 5 heures.

Mont Blanc, depuis le TPMP

     L’itinéraire emprunte un sentier qui monte Nord-Ouest pour rejoindre le Tour du Pays du Mont-Blanc (TPMB) et le tracé s’oriente alors progressivement vers le Sud-Ouest. Ce sentier balcon longe la vallée située en contrebas avant de rejoindre les divers lacs. A hauteur de ceux-ci, au niveau d’un gros cairn, on bifurque à gauche pour redescendre en direction d’Argentière. Le chemin emprunte de nombreuses échelles et marches métalliques. Il franchit sur quelques mètres une écaille rocheuse équipée d’une main courante et surplombant le vide. Il passe ensuite à proximité de l’Aiguillette d’Argentière en redescendant vers Tré-le-Champ. Si l’on souhaite en faire un peu plus, il est possible, avant d’entamer la descente, de poursuivre au-delà du dernier lac des Chéserys, où une échelle permet de rejoindre sans difficulté le Lac Blanc.

Septembre 2007

Mont Buet (Aiguilles Rouges)


     Un bien joli 3000 m que ce "Mont-Blanc des Dames", situé à proximité du Tour du Pays du Mont Blanc (TPMB) et qu’il est possible d’atteindre en 2 jours en logeant au refuge de la Pierre à Bérard. Ce sommet constitue aussi très souvent un objectif à atteindre à la journée depuis le gîte d’étape du Buet. La sortie permet en effet d'accumuler du dénivelé en prévision d’une sortie d’alpinisme, celui-ci frôlant alors les 1800 m. C’est cette option que nous avons privilégiée lors d’une préparation à la traversée des Arêtes de Rochefort. Inutile de dire, qu'en procédant de cette manière, la journée fut bien remplie …

Mont Buet, depuis le Refuge Albert 1e

     Depuis le gîte, on s’engage dans le vallon qui longe la chaîne des Aiguilles Rouges sur son versant Nord. On passe à côté de la Cascade de Bérard avant de s’engager dans les quelques kilomètres d’un itinéraire pratiquement rectiligne menant au refuge. On entame alors la montée en direction du Col de Salenton, d’où on bifurque vers le Nord en direction du Mont Buet. Les courbes de niveau s’enchaînent jusqu’à atteindre l’Arête de la Mortine, à proximité de l’abri de Pictet, d’où on rejoint le sommet sans difficulté. Le retour se fait par le même itinéraire après avoir profité d'une vue étendue sur le massif du Mont Blanc. 

Septembre 2007

dimanche 3 avril 2011

Hautes Chaumes (Vosges Gréseuses)


     Les alentours de Schirmeck offrent de nombreuses possibilités de sortie. Dans le cas présent, en une vingtaine de kilomètres mais avec un dénivelé modeste, l’itinéraire au départ de la maison forestière de Salm permet de découvrir des paysages naturels variés, en passant des forêts aux tourbières, des chaumes aux champs de fougères. De plus, à l’exception de quelques tronçons sur piste, l’essentiel du parcours emprunte des chemins étroits, en partie rocailleux sur grès rose, la plupart très peu fréquentés. Enfin, cerise sur le gâteau, le tracé permet d’aborder quelques curiosités historiques comme le Château de Salm et la Chapelle de Bipierre.

Les ruines du château de Salm

     On commence par monter en forêt vers les ruines du château. On contourne ensuite la Tête Pelée en direction de la Chatte pendue en traversant une zone naturelle protégée, ce qui nécessite le franchissement de plusieurs portiques par des escaliers ou des échelles. On poursuit dans la réserve biologique domaniale en passant par les ruines de la Marcairerie en direction des Hautes Chaumes. A cet endroit et au-delà, on observe la présence de nombreuses pierres à cupules dont l’origine reste énigmatique. Suivent la Tête des Blanches Roches puis la Tête de Bipierre d’où on jouit d’un très beau panorama à 360°. On entame alors la descente en direction de la Tourbière de la Maxe, puis de l’Etang du Coucou.

Avril 2010


Climont et Hang (Vosges Gréseuses)


     Situé au Sud-Ouest du Champ du Feu, le Climont est  un sommet gréseux culminant à près de 1000 m d’altitude. Il est la source de plusieurs ruisseaux, dont la Bruche qui s’écoule dans les prairies du Hang. Depuis les hauteurs, celui-ci apparaît comme une vaste clairière entourée de forêts et actuellement vouée à l’élevage. Quelques itinéraires classiques permettent d’atteindre le sommet du Climont au prix d’un dénivelé modeste. Mais il est également possible de parcourir le secteur par une large boucle offrant l’avantage d'un tracé des plus variés : larges pistes forestières, sentiers étroits sous les arbres, rudes pentes sur les crêtes voisines, …


L'Abatteux et le Voyemont dominant le Hang

     Au départ de la Fraise, on remonte la piste qui passe à proximité de la Ferme Caroline en direction du Climont. On la quitte pour basculer rapidement sur son versant Nord en empruntant un chemin peu fréquenté et colonisé par les bouleaux. On remonte ensuite en direction du sommet par un sentier étroit mais bien marqué et qui serpente en sous-bois à l’approche de la Tour Julius. Du sommet, on redescend  par l’itinéraire classique en direction du Hang, qu’on longe par la gauche pour entamer la montée vers l’Abatteux puis le Voyemont en suivant directement la crête. On redescend ensuite vers le Hang que l’on traverse en partie pour remonter vers la Fraise.

Un itinéraire détaillé est proposé ici.

Avril 2011