123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

jeudi 28 août 2014

Roc de Tavaneuse (Chablais)

     Pour diverses raisons, la saison d'été fut quelque peu sacrifiée cette année. Aussi faillait-il trouver un massif de moyenne montagne propice à la randonnée mais situé à une distance relativement modeste. Le choix s'est finalement porté sur le Chablais, déjà visité l'hiver lors de sorties "raquettes" qui nous avaient menés au Bord et aux Chalets de l'Etrye. Direction donc La Chapelle d'Abondance pour quelques sorties organisées à la hâte. La météo prévoyait un créneau de 3 jours de beau temps, la suite nous démontrera qu'il n'en était rien, ou presque. En effet, après une première journée marquée par un franc soleil, la grisaille fut omniprésente lors d'une escapade franco-suisse et la brume s'est montrée en partie envahissante en fin de séjour. Qu'à cela ne tienne, vastes panoramas, flore abondante et bouquetins à gogo ont agrémenté chaque itinéraire, faisant vite oublier les aléas climatiques.


Croix sommitale au Roc de Tavaneuse

     Après quelques hésitations concernant le premier objectif à atteindre, c'est en définitive la traversée du Roc de Tavaneuse qui fut retenue en guise de mise en jambes. Le tracé en boucle nous a ainsi conduit successivement au lac, puis au col et enfin au sommet par des sentiers étroits, pentus et glissants par endroits. Le panorama s'ouvre largement à partir du Col de Tavaneuse car, outre les principaux sommets du Chablais (Dent d'Oche, Cornettes de Bise et Mont de Grange), la vue s'étend par delà la frontière et jusqu'au massif du Mont-Blanc. Un vent soutenu s'est levé au sommet et nous a accompagné durant une bonne partie de la descente, balayant avec force les vastes étendues d'Adénostyles à feuilles d'Alliaire et, plus surprenant, de Grandes Astrances. Retour par les alpages où paissent des abondances accompagnées de quelques chèvres, pour regagner le point de départ après 5-6h et 1000 m de dénivelé environ.


Chalets et Lac de Tavaneuse, Mont-Blanc, au Passage de Savolaire, Chalets de Serranants

     Un aperçu de la flore (de gauche à droite et de haut en bas) :

Gentiane asclépiade (Gentiana asclepiadea), Grande Astrance (Astrantia major), Aster des Alpes (Aster alpinus), Doronic à grandes fleurs (Doronicum grandiflorum), Pédiculaire verticillée (Pedicularis verticillata), Rhinanthe des glaciers (Rhinanthus glacialis),  Gentiane champêtre (Gentianella campestris subsp. campestris), Aconit tue-loup (Aconitum lycoctonum subsp. vulparia), Gentiane pourpre (Gentiana purpurea), Adénostyle à feuilles d'Alliaire (Adenostyles alliariae), Trèfle bai (Trifolium badium), Centaurée uniflore (Centaurea uniflora), Gaillet à feuilles inégales (Galium anisophyllon), Linaire des Alpes (Linaria alpina), Séneçon de Fuchs (Senecio ovatus), Parnassie des marais (Parnassia palustris), Silène acaule (Silene acaulis subsp. exscapa), Cirse très épineux (Cirsium spinosissimum), Silène commun (Silene vulgaris subsp. vulgaris), Epilobe en épi (Epilobium angustifolium), Campanule rhomboïdale (Campanula rhomboidalis), Crépis des Pyrénées (Crepis pyrenaica), Vesce des bois (Vicia sylvatica), Raiponce à feuille de bétoine (Phyteuma betonicifolium), Anthyllide vulnéraire (Anthyllis vulneraria), Gentiane des neiges (Gentiana nivalis), Carline caulescente (Carlina acaulis subsp. caulescens), Millepertuis taché (Hypericum maculatum subsp. maculatum), Laitue de Plumier (Lactuca plumieri), Euphraise officinale (Euphrasia officinalis), Serpolet (Thymus serpyllum), Laitue des Alpes (Cicerbita alpina), Epervière velue (Hieracium villosum), Géranium des forêts (Geranium sylvaticum), Gnaphale de Norvège (Omalotheca norvegica) Liondent hispide (Leontodon hispidus).


Quelques espèces observées dans les alpages de Tavaneuse




Un itinéraire détaillé est proposé ici.

Août 2014


jeudi 14 août 2014

Monte Zeda (Piémont)

     Créé voici un peu plus de 20 ans, le Parco Nazionale della Val Grande est le plus grand parc national italien, avec près de 15.000 ha qui s'étendent sur les hauteurs du Lac Majeur en direction des montagnes suisses. Son plus haut sommet, le Monte Togano, culmine à 2301 m d'altitude; le Monte Zeda, le 4e, lui cède environ 150 m. Le secteur est sauvage et peu fréquenté, hormis par les moutons, alors que le chamois et l'aigle représentent la faune la plus emblématique. On y retrouve ça et là des éléments de la Linea Cadorna, du nom du Général Luigi Cadorna, chef d’état-major de l’armée italienne au début du siècle dernier. Cette ligne défensive constituait un système de fortifications militaires établies durant la première guerre mondiale pour défendre la frontière nord de l’Italie. Elle comprenait notamment un réseau de chemins muletiers, de tranchées et de postes d’artillerie.


Couchant sur le Monte Zeda

     Plus de 1200 m de dénivelé, 25 km et 8 h environ furent nécessaires pour effectuer cette sortie au départ de Colle, que l'on a atteint depuis Verbania. La route est sinueuse, étroite et encore rétrécie par endroits par une végétation un rien envahissante. Le petit parking qui constitue le point de départ de plusieurs circuits de randonnée est désert en cette fin de mois d'août. La piste qui s'étire sur plusieurs kilomètres conduit à Pian Puzzo, puis au Passo Folungo. Un sentier prend alors le relais pour se redresser brusquement dans les rochers, rendant l'usage des mains parfois nécessaire. Le Bivacco de Pian Vada nous rapproche de la dernière pente où une vague sente conduit au sommet. Les nuages momentanément présents masqueront les sommets suisses. Le long retour sous la chaude lumière du jour qui s'estompe, dans un silence presque total, et avec le Lac Majeur en toile de fond, fut véritablement magique.

Août 2011

Des éléments de la flore locale sont présentés ici et un itinéraire détaillé est disponible .




mardi 5 août 2014

Tour de la Pointe de Méribel (Vanoise)

     La Pointe de Méribel constitue l'ultime sommet de la crête qui sépare les vallées de Pralognan-la-Vanoise et de Champagny. D'un côté, elle remonte en direction de la Grande Casse en passant par le Grand Bec et la Pointe de la Grande Glière. De l'autre, elle se sépare en 2 branches qui descendent, l'une au Nord vers le Doron de Champagny, l'autre à l'Ouest vers les Gorges de Ballandaz. Cette sortie trainait dans les tiroirs depuis fort longtemps et il fallait donc bien qu'elle finisse un jour par être décrite, ce qui est maintenant chose faite. Le parcours débute aux chalets de Plan Fournier situé sur les hauteurs de Chambéranger et qu'il est agréable de rejoindre l'hiver en raquette. Le tracé alterne sentiers forestiers, éboulis et alpages. En partie non balisé et particulièrement pentu au passage du col, il est sauvage et peu fréquenté. La flore de montagne y est représentée notamment par la Gentiane asclépiade.


La Pointe de Méribel, depuis les hauteurs de Champagny

     De Plan Fournier que l'on atteint l'été par une route étroite, on gagne successivement la Tour du Merle, les Chalets de Méribel, Plan Bois François et le refuge du Plan des Gouilles où nous avons, voici quelques années, passé 2 jours mémorables lors de l'ascension du Grand Bec. A partir de là commence le secteur hors sentier en direction du Passage de la Grande Marianne. La trace se fait discrète, les cairns rares, les flèches inexistantes. A mesure que l'on monte, la vue s'ouvre largement sur le Sommet de Bellecôte et le Mont Pourri, avec le Mont Blanc en toile de fond. Au col, c'est vers Péclet-Polset et les Glaciers de la Vanoise que se portent les regards. Ensuite, c'est la descente abrupte vers les alpages pour se diriger vers le chalet dénommé "La Cave", un véritable repère à souris. De là, on rejoint facilement le point de départ, au terme d'un très beau parcours s'étendant sur 12 km pour une durée de 8h environ.

Août 2011

Un itinéraire détaillé est proposé ici.