123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

jeudi 6 avril 2017

Réserve Naturelle de Modave (Condroz)

     Dominant de plus de 50 m le Hoyoux, un affluent de la Meuse, le Château de Modave fut édifié au XIIIe siècle. Il perdit son aspect féodal lors de travaux de restauration effectués au XVIIe siècle et qui s'inspiraient de l'architecture en vogue sous Louis XIV. Il appartient actuellement à une société de distribution d'eau qui en exploite le captage en sous-sol. Un vaste domaine préservé s'étend aux abords du domaine sur plus de 400 ha et abritent une très grande variété de sites naturels ou semi-naturels. La faune et la flore sont abondantes et diversifiées, abritant quelques espèces rares notamment de fougères et de chauves-souris. Plusieurs lambeaux de pelouses calcaires ont échappé à la reforestation durant le XXe siècle et abritent diverses espèces d'orchidées comme l'Ophrys abeille. Des fouilles archéologiques menées notamment au Trou Al'Wesse témoignent d'une occupation par l'Homme qui remonte à près de 50.000 ans.


Pelouse calcaire sur les hauteurs du Hoyoux

     Le château et son parc sont facilement accessibles depuis le parking tout proche et quelques centaines de mètres à pied suffisent alors pour en faire le tour. Ensuite, tout est permis ou presque puisque la zone Natura 2000 qui couvre le domaine s'étend bien au-delà du seul site de Modave. Lors de cette première visite du secteur, nous avons opté pour un parcours en boucle de plus de 20 km. Une brève montée en forêt par un étroit sentier fut suivie d'une rapide visite des jardins du château, étonnamment vides en ce matin de printemps. Puis, ce fut la traversée de la pelouse calcaire et la descente vers le Hoyoux. S'ensuivit alors un long cheminement à travers les bois, les prairies et les hameaux aux maisons de pierre, en empruntant sentiers, pistes forestières et routes de campagne interrompues ça et là par des passages à gué. Avec le sentiment étrange, bien qu'en étant non loin de chez nous, de nous trouver ailleurs ...

Avril 2017

mercredi 15 mars 2017

Le Soliat (Jura)

     Culminant à 1464 m d'altitude, le Soliat n'est pas à proprement parler un sommet. Il s'agit en fait du point le plus haut des alpages qui dominent le Creux de Van, un cirque rocheux de plus d'1 km de large situé dans le Jura vaudois. Par sa position sur les hauteurs du Lac de Neuchâtel, il offre néanmoins un panorama étendu sur la chaîne des Alpes. Le Soliat est aisément identifiable par la présence à son sommet d'une croix, de quelques bancs et d'une table d'orientation. En saison estivale, il est aisément accessible depuis la Ferme du Soliat située un peu plus au Nord. L'hiver en revanche, la sortie "raquette" devra être entamée au départ de la Ferme Robert, voire un peu plus bas si la route d'accès est fermée en raison de l'enneigement.


Au pied du Soliat sur fond de chaîne des Alpes
     Lors d'une précédente sortie dans le secteur, le Soliat avait été atteint après avoir parcouru la crête dominant le Creux du Van par l'Ouest. Cette fois, nous avons opté pour un tracé plus direct qui serpente à l'Est au cœur du cirque avant de gagner la crête par le Sentier du Single. Alors que le denivelé se réduit à moins de 100 m au départ de la Ferme du Soliat, il atteint cette fois 500 m environ et la pente est parfois accusée au point que kes pointes avant ne furent pas inutiles en l'un ou l'autre endroit. Après le sommet, la descente s'effectue en parcourant alpages et forêts en pente douce en direction de la Ferme Robert. Neige épaisse au menu mais ni chamois, ni bouquetin, en dépit de très nombreuses traces. Ce sera pour une prochaine fois ...

Février 2017